Dance over me  World Tour 

2020

Bucharest MNAC

Kampala Art Biennale

2019

Buenos Aires Centro Cultural Haroldo Conti (BIENALSUR)

Rosario Museo de la Memoria (BIENALSUR)

Paris David Lynch designed Club Le Silencio

2018

Paris Mémorial de la Shoah Museum

2017

Berlin Kunstverein am Rosa Luxemburg Platz

The Dance over me World Tour series in their different versions (installation and CCTV recording, but also their transportable versions), are experimental and empirical attempts to

- produce a trace, even fictional, of a past that had vanished

- address one of the main drivers of the past victories of dictatorships over democracies: the collaboration of the economic, political and cultural elites

- propose a third way between creating works of art that tend to be commemorative monuments and the pure and simple denial of the past.

After Dansez sur moi 2017 that adressed western europe elites' rally around the nazi régime (exhibited in Berlin and Paris), Tangover Me Buenos Aires and Tangover Me Rosario will both adress the Argentinian dictatorship between 1976 and 1983.

Dansez sur moi, Berlin  09 2017. Snapshot from video with Wim Wenders.

Dansez sur Moi - 2017

Mixed techniques

 

"Dansez sur moi puise son inspiration dans le passé collaborationniste de mon atelier. Quand j'ai acheté cette friche industrielle recouverte de lierre et livrée aux pilleurs, je ne savais rien de l'histoire contemporaine de ce lieu. Avec de la patience, j'ai fini par savoir ce que tout le village préférait oublier, tout en votant massivement pour l'extrême droite .../...  D'un point de vue formel, ma volonté d'injecter du sens dans ce qu'étaient les sculptures marchables de Carl Andre est pour beaucoup dans mon choix de l'acier. Serge Gainsbourg par son album mythique Rock around the Bunker que j'ai beaucoup écouté adolescent, a également exercé à distance une indiscutable influence." 

Dansez sur moi, dans ces différentes versions est à la fois : 
- une tentative expérimentale, empirique, de produire, à travers la réalisation de tombes fictionnelles, une trace d'un passé occulté mais bien réel. Ces tombes fictionnelles sont en effet celles de personnages historiques : Maurice Rocher l'ingénieux et cupide propriétaire de nombreuses usines dans l'Ouest de la France dont celle qui est devenue l'atelier de l'artiste en 2003, Jean Bichelonne le brillant polytechnicien en charge avec Speer d'intégrer les usines françaises au complexe militaro-industriel du Reich, et Wernher Von Braun, le génial inventeur et client de Rocher pour son usine secrète de montage de fusées V1 et V2 où les prisonniers mourraient d'épuisement en quelques semaines. Ce fût le cas d'Armand Tuvache, un des membres de la famille maternelle d'Arnaud Cohen. 
- un moyen d'aborder l'un des principaux moteurs des victoires passées (et présentes) des totalitarismes sur les démocraties : la collaboration active des élites économiques, politiques, militaires et culturelles, et ce en amont même des coups d'Etat (c'est tout le sujet du Goncourt 2017).
- pour l'artiste, c'est aussi l'occasion de proposer une troisième voie entre la production d’œuvres d'art réalisées jusqu'ici sur ces sujets et qui tendent à être des monuments commémoratifs glaçants en présence desquels la vie n'est guère possible, et celles qui occultent le passé, faisant comme si rien ne s'était produit. Dans cette proposition artistique, la camera de vidéo surveillance n'est pas là pour surveiller un monument commémoratif. Tout au contraire, elle est là pour capturer des preuves que la vie est possible en présence du pire des passés. 
 Ainsi, sur cet extrait vidéo surréaliste, Cohen improvise une danse avec Wim Wenders alors qu'il fredonne Le beau Danube Bleu sur cette surface d'acier composée de tombes fictives de bien réels collaborateurs nazis. 

Dansez sur moi, La Coutellerie (Arnaud Cohen Studio)  09 2018. Snapshot from video.